Accueil > Actualites


10/10/2019

Hommage au Professeur Jacques Hors


La Société Française d’Immunologie a la tristesse de vous faire part du décès de Monsieur le Professeur Jacques Hors, à l’âge de 85 ans.

Professeur d'immunologie, membre de la Société Française d'Immunologie, cocréateur et Secrétaire Général permanent de France-Transplant, dont il nous avait retracé l'historique à l'occasion de l'Hommage au Professeur Jean Dausset

(...) Ainsi fut fondé en 1969 France-Transplant, premier réseau national de greffe.

L’initiative était-elle originale ?

Sans nul doute. Il s’agissait de la première organisation à l’échelle nationale, qui a su étendre les expériences pionnières régionales de Paris Transplant et de Rhône Méditerranée Transplant.

La forme associative, régie par la loi de 1901, reconnue d’Utilité Publique en 1978, était aussi une innovation pour un service public. Elle associait la souplesse d’initiatives, à l’encadrement de la tutelle Ministérielle, commanditaire du projet.

Sans le soutien financier du Ministère de la Santé et de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, l’entreprise n’aurait pu exister.

Quelle motivation a poussé Jean DAUSSET, bientôt suivi par tous les acteurs de la transplantation, à créer un tel réseau constitué de toutes les équipes médico-chirurgicales de France ?
Certainement l’évidence du polymorphisme grandissant au fil des découvertes du système d’Histocompatibilité qui ne s’appelait pas encore HLA, et qui pesait de tout son poids sur le nécessaire appariement entre donneur et receveur de greffe.
Il fallait donner à chaque malade toutes les chances de recevoir un greffon rénal compatible, et ceci en quelque endroit du territoire national qu’il se trouvât.
Il fallait tout inventer : standardiser les actes médicaux, chirurgicaux, immunologiques, définir les critères de la mort encéphalique, optimiser la réanimation du donneur, et enfin créer des postes de coordinateurs des prélèvements et des greffes.

En contrepartie, que demandait le gouvernement ?
Avant tout, une liste nationale unique des receveurs en attente, mise à jour en temps réel, accessible en permanence, permettant un choix objectif et une transparence des opérations.
Après un début archaïque à l’aide de fiches perforées, le système informatique fut pris en charge par l’Assistance Publique. Puis, devenu trop lourd, il fut sauvé par une admirable coopération entre services publics : Air France (J. PINSON) hébergeait la liste des malades et les programmes de gestion sur ses puissants ordinateurs. Les télex, équipant les centres, pouvaient y être accueillis. Ainsi, la gestion des transplantés pouvait côtoyer celle des passagers d’Air France sans perte de confidentialité. Marc BUSSON fut la cheville ouvrière de toute cette évolution (Inserm U93).

Puis, grâce à la générosité de la Caisse Nationale de Prévoyance, France-Transplant fut doté d’un système très performant qui fut, en son temps, reconnu comme la meilleure installation au monde.

Nous l’avons appelé CRISTAL pour son indispensable transparence. Ainsi fut créé un secrétariat de trois permanents, faisant le lien entre les équipes proposant un organe et celles candidates pour un greffé, chez un de leur patient en attente. En 1994, France-Transplant était nationalisé au sein de l’Agence de Biomédecine.(...)


Au nom de notre Société, nous souhaitons présenter à ses proches, nos plus sincères condoléances.



Haut de page
Logo Logo Logo Logo Logo Logo Logo Logo Logo
By choosit
Bienvenue dans l'espace
membre de la SFI

Déjà membre, connectez vous !

Login:

Password:

Pas encore membre, inscrivez-vous !

Si nous n'êtes pas encore membre
et vous souhaitez le devenir, effectuez une demande auprès de notre bureau :
Inscrivez-vous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sponsored By:Best Buy Flyer, Safeway Flyer, Costco Flyer, Metro Flyer and Shoppers Drug Mart Flyer